Published On: jeu, Oct 9th, 2014

Juppé devient le candidat favori à la primaire UMP

Share This
Tags

Nicolas Sarkozy s’apprête peut-être à réaliser son plus grand acte politique, et enfin à faire preuve de ce que les français attendent de leurs hommes politiques : l’abnégation. En étant à la fois favorable à une primaire ouverte à l’opposition et en entrant lui-même en campagne sans rien changer à son personnage mal-aimé, il semble produire deux effets favorables à Alain Juppé : intéresser massivement la population à ce scrutin d’une part, orienter ces derniers vers la personnalité la plus rassembleuse, du moins la moins clivante pour une conclusion politique des plus dialectiques. Entre l’extrême mollesse du Président actuel et l’agitation pleine de vanité de l’ancien, Alain Juppé semble apparaître de plus en plus comme le favori d’une élection de plus en plus populaire.

Un sage parmi les fous

Grâce à l’émission de France 2, Juppé s’est laissé redécouvrir par les français. Il semble d’une certaine façon apparaître comme le sage parmi les fous. Les français ont eu leur période de folie : Le Pen et le rejet du socialisme en 2002, faveurs pour le désarticulé Sarkozy en 2007, un pur vote de rejet en 2012 à la faveur du plus anormal des candidats. En route pour 2017, les français sonnent peut-être la fin de la récréation, pour un retour à la raison et à l’ambition. Là où jadis on pouvait se laisser tenter par le roi de la récréation, il serait aujourd’hui venu le temps de renouer avec la sagesse, qui par ailleurs a fait l’essence de l’histoire de la France.

Nicolas Sarkozy ne peut pas ignorer que ses interventions répétées contre la magistrature, contre les ROMS, et de lui seul contre tous sans variation et toujours sur les mêmes thèmes, avec ses roulements d’épaules même pas corrigés, font de lui l’un des candidats les moins crédibles pour n’importe quelle élection. On le l’élirait même pas comme délégué de classe avec une telle attitude et cette légèreté intellectuelle. Volontairement ou non, il sert de marche pied et révèle un contraste très utile à Alain Juppé.

Mesuré, intelligent, sensible, expert en politique, très expérimenté et détaché des effets d’humeurs de la presse, Alain Juppé s’envole naturellement dans les derniers sondages. La France n’a plus besoin d’un fanfaron pour se divertir. Elle n’attend plus non plus la providence d’hommes qui eux-mêmes comptent sur la providence pour les aider à présider. Elle regarde encore trop du côté des agités extrémistes mais c’est normal, toutes ces agitations grotesques attirent forcément l’oeil inattentif.

Juppé nettement en tête des intentions de vote

Relation de cause à effet oblige, le 2 octobre sur France 2, le sondage Harris dévoilait que 61% des français trouvaient que Juppé ferait un bon président pour la France. Contre 49% quelques heures avant l’émission « DPDA ».
Le 9 octobre 2014, c’est un sondage BVA qui annonce que Juppé emporte 47% des intentions de vote à la primaire de l’UMP, contre 35% pour Sarkozy. + 15 points pour le premier, – 3 points pour le second. Et que de plus en plus de français comptent participer à ce vote (+ 5 points, de 23 à 28%). Moins Sarkozy est populaire, plus le vote le devient. Sarkozy semble agir comme un prescripteur pour son rival, il n’en est plus à un paradoxe près après tout.

Si Sarkozy mène campagne pour Juppé, l’histoire devrait le recevoir comme le grand homme qu’il espère être.

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>